Présentation

  • : Le Blog De Maitresse Altea
  • Le Blog De Maitresse Altea
  • :
  • : Maitresse Altea Dominatrice @ Paris - France / face sitting, momification, discipline, fessées, cannes, cravaches, fouets, martinets, punitions corporelles, torture du sexe et des seins, fisting, piétinement, douche dorée
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil
  • Contact

Divine Bitches

Recherche

Calendrier

Septembre 2017
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
<< < > >>

Shop SM

Men in Pain

Mardi 7 février 2 07 /02 /Fév 20:42

Dorénavant pour consulter mon site internet, veuillez taper

www.maitresse-altea.fr

      la suite sur mon site internet http://www.mistress-altea.com

et non plus .com

 

 

MERCI!!!!

Par maitresse altea
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 7 février 2 07 /02 /Fév 16:07

Celà faisait plus d'un an et demi que je n'étais pas allée à une soirée fetish bdsm. La qualité médiocre, les participants qui ne participent pas, avaient contribués au fait que ce n'était guère motivant, pour moi, ainsi que pour mes soumis. Samedi, je devais discuter d'une chose importante avec l'organisateur d'une soirée, aussi, c'était l'occasion de ressortir mon soumis B. Il faut bien aérer les soumis de temps en temps!!! Bien sur, il en était ravi, car lui, du moment qu'il est avec moi il est content!!. 

Je lui disais donc de venir pour 19 heures, ainsi, nous avions le temps pour un apéritif tranquille, et un restaurant ensuite. Puis direction chez moi, afin de nous changer. Je prends toujours soin de choisir ma tenue, ainsi que celle de mon soumis, car le visuel est une chose importante (quoi qu'en disent certaines,,,), et c'est aussi l'occasion de porter ces vêtements et cuissardes que j'affectionne!!! Je préparais aussi un sac avec quelques accessoires, que j'avais prévu d'utiliser durant la soirée.

Ainsi habillés, nous sautions dans un taxi direction la soirée. Déjà un peu de monde sur place, mais j'ai eu malgré tout le temps de papoter de ce pour quoi j'étais venue.
Puis installée dans un canapé, je hélais mon soumis afin qu'il aille me chercher une coupe de champagne. Un ami était là, et je parlais un bon moment avec lui, pendant que mon soumis tournicotait autour de nous.

Pendant ce temps, les gens arrivaient, et la salle se remplissait petit à petit.
C'est là que j'attrapais mon soumis, afin qu'il ôte ses vêtements. Je le fixais à la croix, d'abord dos à moi.
Fessée, martinet, cravache retentirent pendant un long moment.
Puis je le mettais face à moi.
Pinces à clamper sur les testicules et le sexe, étirements, et changement de pinces.
Je prenais mes petites "puces", et je garnissais avec celles-ci le service trois pièces de B, faisant en sorte que celà fasse comme une carapace de pinces. En plus, d'être redoutables, elles sont aussi jolies, et le résultat est intéressant!!! Lorsqu'DSCN4688.JPGDSCN4689.JPG il faut les retirer, il est clair que le soumis le sent passer, d'autant que je les enlève une à une, afin de faire durer le plaisir!!!!

Hop, à nouveau demi-tour, et cette fois ce fut la canne anglaise.  Ses fesses se zébraient rapidement, il est très adepte des punitions à la badine ou à la canne.  Il repartira avec les fesses bien marquées, comme il aime!!! Et moi, çà me défoule!!!

Lorsqu'il se fut rhabillé, il me rapportait une coupe, que je dégustais tranquillement retournée dans le canapé.

Le temps était venu pour nous de partir, je vais cette semaine faire avec lui un petit debriefing, occasion de reparler de cette soirée!!! 

 

la suite sur mon site internet http://www.mistress-altea.com

Par maitresse altea
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 3 février 5 03 /02 /Fév 14:37

L'immobilisation peut prendre diverses formes, selon les préférences du soumis. Cordes, menottes cuir, acier, camisole, barres, chaise etc...

Pour ce soumis, il est ce que j'appelle "bon public".. C'est à dire ouvert à toutes les possibiltés, du moment qu'il se sent en contrainte solide.
Pour faire monter la pression, je commence avec "juste" des menottes cuir, attachées à deux barres, une pour les pieds, une pour les mains. Ensuite j'attache les deux ensemble, je peux également relier le tout au palan.

Une pause, je le libère afin de l'asseoir sur ma chaise de bondage. Sangle autour de la poitrine, mains, jambes, immobilisées, cagoule cuir sur la tête. Cette dernière dispose d'un anneau sur le haut, avec une chaine, que je fixe au palan. Je soulève ensuite afin qu'il ne puisse baisser la tête. Ainsi contraint, il ne peut guère bouger... Je pourrai ainsi lui faire ce que je veux , il ne serait pas possible pour lui de se dérober.

Une pause, je le libère, puis la camisole. Je dispose de deux camisoles, une d'été et une d'hiver. Les deux sont de conception assez identique, juste une est plus épaisse et lourde que l'autre, d'où la différence que je précise. Là aussi, enfermé dedans, bien sanglé, à moins de s'appeler Houdini, impossible de se libérer!!! J'ajoute parfois des menottes de suspension pour les pieds, et ainsi, je peux aller faire mes courses et revenir sans risquer qu'il ne s'échappe!!! Je plaisante bien sur, car je reste toujours à côté de mon soumis en cas de problème quel qu'il soit.

 

Une pause, puis je prends mes menottes cuir rembourrées, mains et pieds. Elles sont presque collées l'une à l'autre, j'y ai ajouté un gros mousqueton au milieu afin de les réunir. Là aussi, plié en deux, c'est fichu pour l'évasion!! Il peut tirer, se secouer, rien à faire. L'avantage du rembourrage épais est que pas de risque de traces pérennes sur la peau.

 

Une pause, direction un de mes carcans. J'ai fait fabriquer celui-ci afin qu'il puisse être utilisé pour la contrainte et pour la sodomie, le soumis se retrouvant dans une position idéale pour cette pratique. 4 trous, deux au milieu pour les mains, deux en extérieur pour les pieds. Je ferme le loquet et hop, coincé. IL se rend vite compte qu'à part tomber sur le côté, rouler sur le dos, il n'est pas possible de se libérer de cet objet!!!

 

J'hésite à pratiquer un bondage ensuite, afin de finir en beauté, je me décide finalement , après l'avoir dégagé du carcan, pour un single-glove, et barre d'écartement, en fixant bien sur le premier sur la seconde.

IL aura ainsi essayé plusieurs possibilités d'immobilisation-contrainte lors de sa séance, même si il reste encore d'autres possibilités à tenter!!!

 

la suite sur mon site internet http://www.mistress-altea.com

 

 

Par maitresse altea
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 2 février 4 02 /02 /Fév 14:16

Les pinces font partie intégrante bien sur du matériel que l'on trouve dans un donjon équipé. 

Mais les choses ne sont pas simples qu'elles le paraissent. Avoir comme beaucoup des pinces à linge (épicétout), ne suffit pas.
Selon l'endroit où elles sont posées, selon le degré que l'on désire atteindre, il est nécessaire de disposer de plusieurs sortes de pinces. Ainsi, pour les seins, je dispose de 10 paires environ, différentes en fonction du soumis, et de sa sensibilité. Des plates, des reliées avec cordelette,  des avec poids incorporés, des fines, des avec chaine etc... Et bien sur quelques poids qu'il est toujours possible d'ajouter si besoin est.

Et le résultat obtenu sera différent selon ce qui est utilisé. Il est pour les seins à prendre aussi en compte le volume de ces derniers; certains soumis les ont très peu développés, et il faut opter pour des pinces plates qui vont bien accrocher par exemple.

Reste à définir le temps pour optimiser leur effet. Il faut savoir que bien sur, celà va pincer au départ (logique), puis la circulation du sang ne se faisant plus, il y aura une sorte d'anesthésie, et c'est au moment de les enlever que les choses deviennent intéressantes; L'afflux sanguin revient, et la douleur avec. Là, les doigts doivent prendre la relève afin d'accentuer ou minorer la douleur.  Cette dernière s'estompe assez rapidement, et il est alors possible entre deux autres pratiques de reposer des pinces, différentes en fonction de la réaction obtenue. J'ai certains soumis très résistants à cette forme de "torture", et je n'hésite pas alors à y revenir à plusieurs reprises lors de la session. D'où l'intérêt et l'importance de disposer d'un choix conséquent.

Les pinces peuvent aussi bien sur être utilisées pour le cbt. En ce cas, ce sont des pinces différentes que j'utilise. Plus nombreuses (ben oui plus de place que sur les tétons), et qui peuvent être plus fortes. J'ai là aussi un panel important, (en x exemplaires pour chaque type de pinces), depuis la bête pince à linge, mais qui, si elles sont nombreuses et judicieusement appliquées peuvent donner un résultat sympathique. Même dans celles-ci il y a plusieurs styles, des plutôt molles et des plus incisives. J'ai également des grandes plates en métal, que je peux relier aux seins avec une cordelette, des étaux (comme pour les seins en plus gros), des électriques, des crocodiles (uniquement pour les adeptes de douleur extrême, car bien sur, j'ai ôté les protections plastique héhé...), et celles que je nomme les petites puces. Elles se posent en un geste rapide, sont très fortes malgré leur air anodin, et je m'amuse parfois à recouvrir complètement les testicules avec ces bestioles. Ensuite passer un vibreur afin de renforcer l'effet. Ces dernières sont également réservées aux soumis avertis, car il faut ensuite les ôter et si il y en a une vingtaine de posées, il le sent bien passer...

Je n'oublie pas bien sur mes pinces à clamper qui permettent en plus du pincement, de travailler la peau, sexe et testicules ensembles ou séparément. Elles peuvent aussi supporter des poids, chaines ou cordes pour un étirement par exemple.
Ce ne sont donc pas les modèles qui manquent, et chacune à sa particularité et de ce fait, son utilité.

Voici pourquoi je dispose de ces objets en nombre et modèles importants. Il en est de même pour les martinets par exemple, mais ceci est une autre histoire.

J'ajoute si besoin est, qu'avoir ces pinces est une chose, savoir les utiliser une autre. Et ayant reçu un mail en ce sens, justement ce matin, non je ne fais pas de cours ni de stage "d'utilisation de pinces" (ni d'autres choses d'ailleurs). L'objet est une chose, le feeling et l'analyse de la réaction du soumis ne peuvent être réellement expliqués. On est dans le ressenti, et là......

Dernier point les pinces les plus importantes..... les doigts!!!! Ils permettent de ressentir directement la réaction du soumis, de doser avec précision, de surprendre, de calmer pour repartir plus fort, de tirer, d'enfoncer, là aussi, on ne fait pas n'importe quoi. J'ai certains soumis qui apprécient le travail des seins uniquement avec mes doigts. De ce fait j'y passe bien plus de temps que juste poser-enlever les pinces. Bref, tout un art!!!

la suite sur mon site internet http://www.mistress-altea.com

Par maitresse altea
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 4 janvier 3 04 /01 /Jan 14:22

De nombreux soumis sont adeptes de la flagellation, à ne pas confondre comme le font certaines avec la fessée. La fessée se faisant à mains nues, à l'ancienne sur les genoux, la flagellation utilisant des instruments dédiés à cet effet. Or, avoir un ou deux martinets, un paddle, une cravache n'est pas réellement suffisant. Si vous disposez de 10 martinets, chacun aura un impact différent, une sensation différente, et au final un effet lui aussi différent.
Non seulement ceà, mais il y a aussi un ordre à respecter, afin que le résultat soit potentialisé par la façon d'utiliser les instruments.
Si l'on inclus dans la flagellation tous les objets relatifs à cette pratique, il y a donc en sus des martinets, paddle, cravaches, badines, chambrières, canne, bambous, tapettes, fouets.
Et dans chacune de ces catégories, des sous-catégories encore différentes. Il y a des cravaches plus ou moins fortes, des paddle plus ou moins larges et lourds, des badines en matériaux allant du bois à la fibre de verre etc.
Donc, on ne peut se suffire d'un ou deux de chaque.

Il faudra commencer éventuellement  par une fessée progressive, afin de chauffer la peau, puis passer aux martinets. Bien sur, du plus doux aux plus agressifs, puis, cravaches en suivant le même processus, puis paddle, puis.. et ainsi de suite.
Procéder ainsi permet d'habituer la peau et éviter un peu les traces en cas de session longue. Bien sur, celà permet aussi de faire durer le plaisir!! Imaginez si vous commencez illico par de la canne anglaise. Alors oui, certains ne recherchent que celà, mais la plupart du temps, il faut passer par les étapes précédentes.

Lorsque je regarde ma collection de martinets par exemple, ils sont tous différents, tant sur la matière, que sur le résultat obtenu. Ce n'est donc pas si facile de faire une séance de flagellation, non un ou deux objets ne suffisent pas, c'est la variété qui fait le charme de cette pratique, et bien sur il faut savoir les utiliser, quand, comment, avec quelle intensité etc...

La position du soumis jouera aussi en fonction de l'objet utilisé, ainsi que la façon dont il sera immobilisé. Je dois je pense dépasser la vingtaine de martinets, à ce jour, sans compter les autres instruments cités ci-dessus. Avec un choix conséquent, on pourra juste rougir les fesses du soumis, ou aller jusqu'au sang dans la punition.

Ce choix permettra aussi à la dominatrice et au soumis de varier les "plaisirs" et ainsi de ne jamais s'ennuyer!! 

 

www.maitresse-altea.com

 

Par maitresse altea
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés